CBD

CBD : une molécule à la rescousse du moral en berne des Français (Ifop)

CBD : une molécule à la rescousse du moral en berne des Français (Ifop)

Augmentation des risques psychosociaux en entreprise, hausse vertigineuse du stress et des épisodes de burnout, allongement sans précédent de la durée des arrêts maladies, troubles de sommeil chroniques… le moral des Français est en berne ! Selon une étude de l’Ifop, le cannabidiol (CBD) est perçu comme un allié de taille dans ce contexte morose.

Le CBD, un réflexe en cas de forte pression

C’est une étude inédite qui a été diffusée cette semaine dans les médias généralistes ! L’Ifop a en effet sondé les Français qui consommaient du cannabidiol, ou CBD, pour investiguer le rôle que joue cette molécule non psychotrope et non addictive extraite du chanvre cultivé dans leur quotidien.

Ainsi, on apprend que 41 % des consommateurs français de produits de cannabidiol ont recours à cette substance dans un contexte professionnel, notamment en période de stress, de pression et de fortes charges de travail. Pour les plus jeunes, le CBD est souvent un réflexe en période d’examens ou de projets scolaires importants. Aussi, 29 % des personnes sondées par l’Ifop expliquent utiliser le CBD pour soulager les troubles de l’humeur, notamment l’irritabilité, la nervosité et l’instabilité émotionnelle.

Une autre étude réalisée par l’Insee explique que plus des deux tiers (68 %) des consommateurs de produits de cannabidiol sont des actifs (35 – 49 ans) et des étudiants.

Moral en berne, stress, anxiété…

L’appétence des Français pour le CBD et, plus largement, pour les produits naturels apaisants s’inscrit dans un contexte particulièrement morose. Après deux ans d’une pandémie qui reste toujours d’actualité, les Français doivent composer avec des épisodes caniculaires inédits par leur fréquence mais aussi et surtout une inflation galopante, un risque de pénurie de gaz et de carburant et une baisse généralisée du pouvoir d’achat.

Le monde du travail n’est pas hermétique à ce constat. En effet, selon une enquête réalisée par le groupe mutualiste Malakoff Humanis, la durée des arrêts maladies s’est considérablement allongée en 2021. Dans le détail, la durée des arrêts dits « longs » a progressé de 11,7 %, passant de 94 à 105 jours. L’étude énumère les causes de cette hausse de l’absentéisme qui concerne 65 % des entreprises (contre 60 % en 2020) :

  • La hausse des troubles psychologiques en entreprise ;
  • L’augmentation des risques dits « psychosociaux » ;
  • Le vieillissement de la population active, puisque la part des 50 – 64 ans a progressé de 69 % en 20 ans ;
  • La pandémie, notamment les Covid longs et la transformation effrénée des modes de travail.

Notons enfin une augmentation significative des arrêts multiples qui ont concerné 41 % des travailleurs en 2021, contre environ 37 % en 2019. Autre facteur à garder en tête : les Français n’ont jamais aussi peu dormi. Selon l’Insee, nous avons perdu plus d’une heure et demie de sommeil dans les 50 dernières années. Le CBD est donc également plébiscité pour son effet relaxant et déstressant afin d’améliorer la qualité et la quantité de sommeil.

A lire aussi :   Comment trouver une boutique de cbd à Besançon ?

Le marché français du CBD : une demande massive, un contexte juridique incertain

Le macroenvironnement est donc particulièrement favorable au cannabidiol, et les chiffres sont là pour le prouver. Selon les données communiquées par l’Interprofession des métiers du chanvre (Interchanvre) et relayés par le média LSA Conso, la France compterait environ 7 millions de consommateurs réguliers ou occasionnels de produits de cannabidiol. Ils s’approvisionnent dans les 2 500 magasins spécialisés répartis sur l’ensemble du territoire, mais également dans les boutiques en ligne qui proposent un service de grossiste de CBD en France  et les grandes surfaces comme Monoprix et Carrefour qui ont récemment ouvert des « espaces CBD ».

Malgré cet engouement sans précédent, le marché du cannabidiol reste tributaire de plusieurs variables exogènes, notamment sur le plan juridique. En effet, le statut légal du cannabidiol est temporaire, dans l’attente d’une décision définitive du Conseil d’Etat et du Juge des Référés. Il y a quelques jours, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a donné un coup de massue aux professionnels de la filière en suspendant le processus d’évaluation du cannabidiol en vue de lui accorder le statut de « Nouvel Aliment » (ou Novel Food).